Le retour par la voie de l’Administration

Une administration dynamique et efficace est une condition à toute réussite économique ou sociale d’un pays.
Une administration se doit d’être « compétitive » pour attirer les investissements, concrétiser (et aider à la concrétisation) des projets qui par la suite suite permettront de résorber le chômage et amélioreront les conditions de vie de la population.

Et c’est grâce à son administration que la Tunisie a pu bâtir son économie après l’indépendance. Elle attirait l’élite du pays.
Les tunisiens diplômés des grandes écoles et des meilleures universités du monde se ruaient pour rejoindre les rangs de l’administration, prendre les rênes de leur pays et bâtir son futur.

Mais depuis les dernières décennies, l’administration a du mal à attirer ou garder ce type d’élite.
Elle peine à retenir son élite en général : Le départ des fonctionnaires de qualités et avec une grande expérience vers l’étranger ou vers le privé s'est accentué et la relève n’est pas assurée.

Les questions que nous nous posons aujourd’hui concernent le retour de l’élite du pays par la voie de l’administration: Quelles sont les raisons de ces départs et de ce manque d’attractivité ? Comment notre administration peut-elle se réformer afin de retrouver le dynamisme qu’il lui faut ? Y a-t-il des expériences comparables dans d’autres pays et comment pourrions nous adapter ces expériences à la Tunisie ? Sommes-nous en train de nous préparer pour un tel changement?

Pour débattre sur cette question, nous avons l’honneur d’accueillir les personnes suivantes :

  • M. Taoufik RAJHI, Ministre auprès du Chef du Gouvernement en charge des grandes réformes
  • Mme Sophie VANHAVERBEK, Chef de coopération de l’Union Européenne à Tunis
  • M. Abdelatif HMAM, Directeur de l’Ecole Nationale del’Administration (ENA)
  • M. Ali GHEDIRA, ancien Conseiller du Ministre de l’Industrie au Maroc

exposants & partenaires